Alexandra VIEAU
Sophrologue spécialisée, certifiée R.N.C.P - Métropole Grand Nancy

Blog

L’une de mes spécialisations est l’accompagnement des personnes atteintes du cancer.

En ce mois d'octobre ROSE, je vous parle donc des apports de la sophrologie auprès des femmes atteintes d'un cancer du sein et plus spécifiquement en quoi la sophrologie peut aider ces femmes pendant le traitement et/ou en cas de chirurgie.

 

En préambule, il convient de rappeler que les femmes devant subir une opération chirurgicale en cas de cancer du sein ressentent une double appréhension: celle de la chirurgie mais également l'altération d'un symbole féminin: le sein.

Dans les deux cas, ces ressentis provoquent souvent une "fuite" de la femme vis à vis de cette partie de son corps.

Que ce soit le traitement et/ou la chirurgie, la femme vit alors de nombreux effets secondaires: un grand état de fatigue dû aux traitements, des réactions cutanées, des troubles digestifs, des douleurs musculaires et articulaires liées souvent à l'hormonothérapie, des douleurs post-opératoires qui peuvent durer plusieurs mois.

 

Pendant la période de traitement et selon le traitement, la femme est plus exposée aux risques d'infection, notamment en raison du phénomène d'aplasie médullaire (chute des globules blancs). Selon les dosage du traitement, la femme vit la chute des cheveux, des poils, peut perdre l'appétit. La liste peut être encore plus longue (troubles du sommeil, prise de poids, anxiété, voire dépression, perte de la libido...) et témoigne d'une véritable transformation physique en quelques mois seulement, qui peut être difficile à surmonter seule.

 

Les conséquences morales sont aussi nombreuses:  la femme malade perd une partie de son autonomie selon l'ampleur du traitement, son estime d'elle-même et peut même être en "quête de sens" à la maladie.

 

Quels sont alors les apports de la sophrologie pendant cette période?

- se préparer mentalement à l'opération et /ou au traitement à venir

- mieux gérer les effets secondaires cités ci-avant

- maintenir l'observance thérapeutique: c'est à dire accepter et maintenir le traitement jusqu'à son terme en évitant de tomber dans le découragement

- se réapproprier son corps et remettre la maladie à sa "juste" place

- accompagner le questionnement sur la maladie en complément d'une prise en charge par un psychologue.

 

 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été proposé par la Chambre Syndicale de la Sophrologie

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.